JOHN MODERNO
WOLKONSKY.ORG
Centre de culture contemporaine
Vign_Unknown-1

MOCO Montpellier Contemporain fonctionne comme un écosystème artistique réunissant deux lieux d’exposition et une école d’art : l'Hôtel des collections, espace dédié à l’exposition de collections du monde entier, publiques ou privées, La Panacée, centre d’art contemporain, et l ’ESBA (école Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier).

Fort de sa position géographique centrale, le MOCO Hôtel des collections est l’entité principale de Montpellier Contemporain. Inauguré en juin 2019 au sein de l’ancien Hôtel Montcalm, il joue  le rôle de plateforme culturelle de la métropole. Sans collection permanente, cet espace est dédié à l’exposition de collections publiques ou privées, provenant du monde entier. Qu’elle soit collective, individuelle, thématique, historique, chacune des expositions a la particularité de présenter une collection spécifique : celle d’une fondation, d’un collectionneur privé, d’une entreprise, d’un musée ou même d’un artiste. Des collections qui, pour la plupart, sont dévoilées pour  la première fois au grand public.

Cosmopolite et dans l’air du temps, le MOCO offre à tous les publics la possibilité de participer pleinement à l’art  de notre temps. Le MOCO Hôtel des collections a été pensé comme un véritable lieu de vie où l’ensemble de la population, toutes générations confondues, aura plaisir à se retrouver au-delà du programme d’exposition. En effet, le restaurant, le parc mais aussi la librairie et l’espace boutique du rez-de-chaussée (renouvelé de manière saisonnière) sont des espaces conviviaux qui viennent rythmer la vie quotidienne montpelliéraine, de jour comme de nuit.

Au-delà des trois expositions temporaires présentées chaque année, le MOCO Hôtel des collections est voué à accueillir des  interventions d’artistes en lien direct avec son architecture. Avant même de pénétrer dans les espaces d’exposition, les visiteurs sont ainsi invités à découvrir librement des  propositions artistiques originales.  

Un parti pris pleinement intégré à la proposition architecturale de Philippe Chiambaretta, « un travail de réenchantement  du MOCO (ex Hôtel Montcalm) par l’action d’artistes qui transformeront le fonctionnel en fictionnel. Ce projet  se déroulera en trois séquences : le Jardin magique, l’Hôtel réenchanté et la Cour des fêtes. »

Le jardin des cinq continents, un jardin-atlas imaginé par Bertrand Lavier

Bertrand Lavier, à qui l’espace du parc a été confié pour la réalisation d’une œuvre pérenne, a travaillé sur un jardin en forme de mappemonde, composé d’espèces végétales  du monde entier, choisies en concertation avec le jardinier, paysagiste, botaniste et biologiste Gilles Clément et la branche montpelliéraine de l’agence de paysage Coloco.

Ce projet s’inscrit par essence sur la durée, le temps naturel nécessaire à l’évolution végétale au fil des saisons : temps  de plantation, de pousse et d’évolution, animaux paisibles, sans prédateurs, lents… Deux tortues habitent cet espace vivant.

Le jardin est divisé en deux parties : l’une pénétrable, et l’autre non. Une fontaine, également conçue par l’artiste, viendra s’intégrer au centre de cet atlas planté en octobre 2019.

 

Centre d'art / Résidence d'artistes
Vign_logo-residencies-blanc-gran

Bòlit, Centre d'Art Contemporani. Girona is a municipal facility belonging to Girona City Council and has been running research, artistic production & exhibition progarams in the domain of visual art since 2008.


It is an open, participative space offering a service to artists & the public. It provides support for creative work & artistic production, presents solo & group exhibitions, organizes activities and educational programs, and has a project for artists-in-residence.


Its mission is to put together programs to research, produce and exhibit contemporary art projects by national and international professionals with strong ties to the local context.


Bòlit organizes programs of exhibitions and the activities (workshops, talks, urban actions, series of screenings, specific proposals and works in progress) designed to get civil society involved right from the start. 

Biennale d'art contemporain
Vign_vign_06bdpv
La Biennale de Paris a été créée en 1959 par André Malraux qui souhaitait en faire un lieu de rencontres où devaient  s’expérimenter  les nouvelles modalités d’un art du futur. 
 
Après  quelques  années  d’interruption, elle a été réactivée en 2000 et depuis cette date, ne cesse de délier l’art de l’institution.  La Biennale  de Paris n’a jamais recours aux objets d’art qui sont trop aliénés aux lois du marketing. Elle n’obéit à aucun cadre régulateur qui l’entraverait dans ses actions au sein de notre contemporanéité, s es évolutions politiques, économiques et idéologiques. En agissant dans la vie réelle avec les usages  qui lui sont rattachés, elle cherche à identifier l’art avec de nouveaux critères qui rejettent l’artiste comme protagoniste exclusif de ses influences. 
 
D’une façon générale, elle affirme son refus de participer aux différentes règles régissant le monde convenu de l’art. En pratiquant le mélange des genres, la porosité des frontières et la redistribution des rôles, la Biennale de Paris fait apparaître l’art, là où l’on ne l’attend pas.
Centre d'art contemporain
Vign_96_logo
Le Mamco, musée d’Art moderne et contemporain, est à ce jour le plus grand et le plus jeune musée d’art contemporain en Suisse. Il bénéficie d'une renommée internationale et il est reconnu en tant qu'institution de référence de la scène contemporaine. Situé en plein cœur de Genève, le musée propose à ses visiteurs une flânerie à travers l'art de notre époque.
 
Le Mamco dispose d'une surface d'exposition de 3 500 m2 et fonde son travail sur une collection de 4000 œuvres, dont plus d'un tiers lui appartiennent. Depuis son ouverture en 1994, le musée a présenté plus de 450 expositions, rendant ainsi compte de la diversité et du dynamisme de la scène artistique suisse et internationale. De grandes rétrospectives sont régulièrement proposées, comme celles consacrées à Martin Kippenberger, Jim Shaw ou plus récemment à Sylvie Fleury.
 
Trois fois par an, le Mamco présente un nouveau moment de sa construction permanente. Ce mouvement continu se subdivise en séquences de deux à trois ans, dont les intitulés indiquent la tonalité générale de sa réflexion et de ses objectifs : Rudiments d'un musée possible (1994-1997), Patchwork in Progress (1997-1999), Vivement 2002 ! (1999-2002), Rien ne presse/Slow and Steady/Festina Lente (2002-2004), Mille et trois plateaux (2004-2006), Rolywholyover (2007-2009), Futur Antérieur (2009-2010), et depuis février 2011, L'éternel détour.
Biennale d'Art Contemporain
Vign_Unknown-2
Grâce à la mise à disposition du site exceptionnel des Usines Fagor, qui se déploie sur plus de 29 000 m² au cœur de Lyon, cette 15e édition prend une ampleur sans précédent. Avec cette immense friche industrielle, l’intégralité du macLYON, des interventions sur toute la métropole et en région Auvergne-Rhône-Alpes, c’est un champ d’expérimentation hors norme qui s’offre aux artistes et donne à la manifestation une dimension nouvelle. Cette augmentation des possibles a séduit le Palais de Tokyo et son équipe de curateurs à qui le commissariat a été confié. Pour relever ce défi, Adélaïde Blanc, Daria de Beauvais, Yoann Gourmel, Matthieu Lelièvre, Vittoria Matarrese, Claire Moulène et Hugo Vitrani ont parcouru le monde avec l’idée de favoriser les projets inédits. Ces commissaires ont été sollicités pour leur capacité à mettre en œuvre une énergie et des ressources multiples, un regard ouvert sur la création en train de se faire et une sensibilité particulière aux problématiques contemporaines qui traversent notre société. 

Résultat de leurs pérégrinations et de leur confrontation aux Usines Fagor, ils ont choisi de constituer un « paysage » dans lequel le visiteur sera amené à se déplacer, à découvrir, à observer, à entendre, à interagir, à sentir et à vivre une expérience, avec des artistes qui interviennent dans un spectre allant du microbiome à la biosphère. Ensemble, ils ont imaginé cette 15e édition de la Biennale d’art contemporain de Lyon comme un parcours physique, visuel ou encore spirituel, auquel le visiteur est amené à prendre part.

Ils ont retenu plus d’une cinquantaine d’artistes de toutes générations et de tous les continents, dont plus de la moitié habitent en Europe et un tiers en France, et bien évidemment une parité homme/femme. Venus de Bangkok, de Buenos Aires, de Brooklyn, de Brisbane, de Johannesburg, de Kostërrc, de Lyon, de Mexico, de Moscou, de Saint-Étienne, d’Oslo, de Rome, de Paris, de Pittsburgh, de Zurich et de bien d’autres villes encore, les artistes sont invités à concevoir des œuvres in situ prenant en compte non seulement l’histoire et l’architecture des lieux mais également le contexte socio-économique dans lequel elles s’inscrivent. L’implication de tout le bassin économique de la région Auvergne Rhône-Alpes, de la chaîne des Puys aux contreforts des Alpes, constitue l’une des forces de cette Biennale. 

Grâce à la richesse de l’écosystème local (métallurgie, chimie, textile, BTP, automobile…), aux savoir-faire traditionnels et aux technologies de pointe, aux potentialités multiples qui s’offrent aux artistes, ils ont pu composer un incroyable panorama contemporain constitué de systèmes digestifs sculptés, d’un tunnelier abandonné, de véhicules remodelés, de ronciers augmentés, de papiers recyclés, de tissus étirés mais aussi de véritables nuages traversés…

Cette édition s’inscrit dans une volonté de soutenir la création d’œuvres nouvelles avec une diversité d’expressions, en lien avec les moyens de production en circuit court. La Biennale d’art contemporain de Lyon se veut ouverte sur les pratiques les plus larges, favorisant la porosité des champs d’expression, la diversité des publics et les espaces de rencontres. Elle est conçue sans compromis mais naturellement conviviale, dans un souci de dialogue et d’échange, en lien permanent avec les préoccupations tant locales qu’internationales.

Pour l’édition 2019, la Biennale se déploie sur l’ensemble du territoire régional. L’implication des commissaires de la Biennale a été revue et largement augmentée. La Biennale d’art contemporain de Lyon se veut une manifestation ouverte et accessible à tous, qui dépasse la notion restreinte de l’exposition pensée pour un lieu clos. Ce nouveau modèle s’organise à partir de quatre plateformes complémentaires qui irradient l’ensemble du territoire : Veduta, Jeune création internationale, Expositions associées et Résonance.

Dans la ville et sur tout le territoire de la métropole, c’est le dispositif Veduta qui propose des interventions d’artistes en collaboration avec les habitants, touchant ainsi des publics très divers. Cette année, et pour la première fois en collaboration avec les commissaires de la Biennale, près d’une dizaine d’artistes interviendront dans des quartiers de Lyon (7e et 8e arrondissements) mais aussi à Bron, Chassieu, Francheville, Givors, Meyzieu, Rillieux-la-Pape, Saint-Genis-Laval, Vaulx-en-Velin, Bourgoin-Jallieu, et jusqu’au Grand Parc Miribel Jonage.

Pour la première fois également, les commissaires de la Biennale sont invités à participer à la sélection des artistes de Jeune création internationale, le volet de la Biennale consacré exclusivement aux artistes émergents, co-réalisé par la Biennale de Lyon, l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon (ENSBA), l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes (IAC) et le Musée d’art contemporain de Lyon (macLYON) et présenté à l’IAC.

Toujours en lien avec l’équipe curatoriale de la Biennale, un ensemble d’expositions est labellisé Expositions associées : la Fondation Bullukian, le Musée des Beaux-arts, le siège du CIC – Lyonnaise de banque : atrium, l’URDLA (Villeurbanne), La Halle des bouchers (Vienne), le Creux de l’enfer (Thiers), la Villa du Parc (Annemasse) et le Couvent de la Tourette (Éveux).

Enfin, un important maillage de galeries, de musées, d’institutions culturelles et de collectifs d’artistes, proposant des expositions ou événements conçus en lien avec la Biennale et témoignant de la dynamique artistique en région, portent le label Résonance.

Centre d'Art Contemporain
Vign_vign_palaisdetokyologo
En 1999, Catherine Trautmann, ministre de la Culture et de la Communication, décide de rouvrir partiellement l'aile Ouest du bâtiment en y implantant un centre d'art contemporain, avec un accent mis sur la scène émergente, notamment française et européenne. Une partie du bâtiment Palais de Tokyo est alors dévolue à une association loi de 1901, présidée d'abord par le célèbre critique d'art contemporain Pierre Restany puis, après son décès en 2003, par Maurice Lévy, président-directeur général de Publicis, dénommée Palais de Tokyo / Site de création contemporaine. Un concours est lancé et en juillet 1999, Nicolas Bourriaud et Jérôme Sans sont choisis, nommés directeurs pour une période de trois ans à partir de l’ouverture, qui eut lieu le 22 janvier 2002, le Palais de Tokyo / Site de création contemporaine ayant été inauguré par Lionel Jospin le 21 janvier. Le mandat des deux directeurs est prolongé jusqu’en 2006. En février 2006, Marc-Olivier Wahler débute son mandat comme nouveau directeur pour trois années. Le 1er juin dernier, c'est Jean de Loisy qui a été nommé à la présidence du Palais de Tokyo.
Centre d'art
Vign_vign_images-4
Lieu de référence pour la diffusion de la photographie et de l’image dans une approche résolument ouverte et transversale sur le plan chronologique — du XIXe au XXIe — comme sur le plan des différentes pratiques de l’image actuelles (photographie, cinéma, vidéo, installation…), le Jeu de Paume a vocation à produire, coproduire ou accueillir des expositions, mais aussi des cycles de films, colloques, activités pédagogiques ou encore des publications.
 
Artistes reconnus (Sophie Ristelhueber, Martin Parr, Robert Frank, Jean-Luc Moulène, Bruno Serralongue, Richard Avedon, Lee Miller, Lisette Model, André Kertész…) et talents à découvrir (Cyprien Gaillard, Denis Savary, Virginie Yassef, Mario García Torres, Agathe Snow, Mathilde Rosier…) s’y côtoient et attirent un public large et diversifié, dont l’intérêt et le soutien se confirment de mois en mois.
Museum + Centre d'art
Vign_vign_random3
Black Mountain College, a school founded in 1933 in Black Mountain, North Carolina, was a new kind of college in the United States in which the study of art was seen to be central to a liberal arts education, and in which John Dewey's principles of education played a majorrole. Many of the school's students and faculty were influential in the arts or other fields, or went on to become influential. Although notable even during its short life, the school closed in 1957 after only 24 years.
 
The Black Mountain College Museum + Arts Center is an exhibition space and resource center dedicated to exploring the history and legacy of the world's most acclaimed experimental educational community. We offer changing exhibitions, a video archive, research materials, and a selection of books and other materials for sale.
Galerie Art Contemporain
Vign_vign_10130_175787058145_152645758145_3864960_4982341_n
Issus de l’école du Magasin de Grenoble, Florence Bonnefous et Edouard Merino créent la première version d’Air de Paris en 1990. Ils y présentent des expositions au format improbable et vous accueillent dans leur bureau-salon au milieu de projets éphémères et transitoires. Une galerie d'art contemporain incontournable, 28-32, rue Louise Weiss, à Paris, dans le 13° arrondissement.
 
artistes en permanence : Leonor Antunes, Thomas Bayrle, Guy de Cointet, François Curlet, Brice Dellsperger, Trisha Donnelly, Claire Fontaine, Guyton \ Walker, Liam Gillick, Joseph Grigely, Carsten Höller, Dorothy Iannone, Ann Veronica Janssens, Pierre Joseph, Mirka Lugosi, M/M (Paris), Moriceau & Mrzyk, Sarah Morris, Philippe Parreno, Rob Pruitt, Torbjørn Rødland, Allen Ruppersberg, Bruno Serralongue, Shimabuku, Josh Smith, Lily van der Stokker, 
Jean-Luc Verna
Centre d'Art
Vign_vign_1288986104image_web
Depuis 1973, quand est organisée pour la première fois à Bordeaux une exposition d’art contemporain, intitulée «Regarder ailleurs » à aujourd’hui, le CAPC a connu une évolution importante. Devenu dès 1983 le Musée d’art contemporain de Bordeaux, disposant à partir de 1990 des espaces réhabilités d'un ancien entrepôt de denrées coloniales (Entrepôt Lainé) sa mission reste de faire connaître l’art d’aujourd’hui et de familiariser son public avec les formes changeantes de l’actualité artistique. 
 
Au cours de la première moitié des années 2000, outre les expositions monographiques de Louise Bourgeois, Sarkis, Anish Kapoor, Cindy Sherman, le CAPC invite à réfléchir autour de thèmes de société. En 2001, pour l'exposition Présumés Innocents, l’art contemporain et l’enfance, plusieurs générations d’artistes proposent leur point de vue sur le thème universel de l’enfance.
 
Charlotte Laubard prend la direction du CAPC en 2006, au départ de Maurice Fréchuret. Son projet est de repositionner le CAPC dans une nouvelle donne internationale et dans un contexte culturel étendu, élargi à la musique, l’architecture, le cinéma, la littérature mais aussi les mass médias et à la culture populaire.
Photo España
Vign_Unknown-1
A través de su festival, PHotoEspaña ofrece una ocasión extraordinaria para conocer proyectos fotográficos, vídeos e instalaciones de los fotógrafos y artistas visuales nacionales e internacionales más destacados así como el trabajo de nuevos creadores.
 
El corazón del festival en Madrid está ubicado a lo largo del Paseo de la Castellana (la principal arteria que divide la ciudad de Madrid en dos) al que se ha sumado en Lisboa como sede exterior y la ciudad de Cuenca como sede más íntima con la organización de OpenPHoto, proyecto que acoge propuestas expositivas de embajadas o institutos culturales extranjeros. A lo largo de las trece ediciones del festival, se han organizado 792 muestras en los principales museos, salas de exposiciones, centros de arte y galerías. Cada año atrae a más de setecientas mil personas, cifra que lo convierte en uno de los mayores eventos culturales que se celebran en España.
Galerie d'art
Vign_vign_galerie_vallois_logo
La galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois a fait découvrir et exposer des artistes majeurs comme Paul McCarthy ou Keith Tyson (Turner Prize et un des repésentants des Young British Artists) en France et contribue à renforcer la notoriété d'artistes confirmés tels que Alain Bublex ou Gilles  Barbier à l'étranger, mais aussi les Nouveaux Realistes. Proposant des expositions à de très jeunes artistes français et internationaux, elle continue ses recherches de jeunes talents tout en poursuivant un travail avec les premiers artistes qu'elle a exposés.
 
La galerie s'est également faite une spécialité du mouvement du Nouveau réalisme.
Musée d'Art Contemporain
Vign_images
 
 
The Stedelijk Museum is closed for the final phase of construction and completion of the building  renovation and expansion  project.


In the mean time we present Temporary Stedelijk 3: Stedelijk @,  a diverse  program in collaboration  with several peer institutions in Amsterdam    encompassing  lectures, performances, film screenings, large-scale events and many more activities.

Photographie
Vign_vign_logocpg2007w
Le CPG (Centre de la Photographie de Genève) a pour vocation de montrer toutes sortes de productions, de distributions et de présentations de la photographie contemporaine, avec des points forts dans les domaines de l’urbanisme, du «style documentaire» et de la critique de la représentation. Le CPG présente en moyenne 6 à 7 expositions monographiques par an, dont une, «hors les murs». Tous les trois ans, le CPG organise les «50 Jours pour la photographie» à Genève en collaboration avec des musées, des centres d’art, des galeries et des bibliothèques
 
LIEUX
La fondation du doute
Vign_Unknown

Sur près de 1 500 m2, 50 artistes, 300 œuvres sont rassemblées par Ben, Gino Di Maggio, avec la collaboration de la Fondation Mudima de Milan, de Caterina Gualco et de nombreux artistes. Ce nouveau site est à la fois un lieu vivant, un réservoir d’idées avec le Centre Mondial du Questionnement, un espace d’expression, d’interrogation sur l’art, ses limites ou ses frontières.

 

La Fondation du doute est un lieu singulier. Ben Vautier l’imagine empli de la liberté des lieux en mouvement, animé de ce flux qu’il porte avec lui depuis cinquante ans. La Fondation du doute est ouverte à toutes les formes, à tous les possibles pourvu qu’ils nous surprennent, qu’ils nous amusent, qu’ils nous persuadent que l’art, comme le dit si justement Robert Filliou, « est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art ». La vocation de la Fondation du doute est d’accueillir artistes, théoriciens, chercheurs, de créer une résidence vivante où les publics se rencontrent.

 

Comme pour Fluxus dont l’esprit occupera, par les œuvres présentées, les espaces physiques - œuvres et documents - la Fondation du doute doit promouvoir la « concomitance », l’importance de la non-importance, les détails de la vie, le tout possible, l’idée, l’humour, l’« event », la théorie, le manifeste, l’action, et, comme l’imagine Ben, un Art Total. La mécanique du doute pèse le pour et le contre, capte toutes les voix, enregistre et transmet, mélange et malaxe, mesure les limites de l’art, s’interroge et interroge les frontières.

 

 La Fondation du doute est un lieu d’apprentissage ; implantée au sein d’un pôle d’enseignement artistique (Ecole d'art et Conservatoire de musique et théâtre à Rayonnement Départemental - Agglopolys), elle ouvre de nouvelles perspectives de recherches, une pédagogie de l’écoute, de l’échange, de l’action. John Cage disait qu’« il n’est pas nécessaire que tous les sons soient organisés par un auteur ou par une intention, il suffit simplement que quelqu’un les écoute ». Pour comprendre, apprenons à tout écouter.

 

Résidence d'artistes
Vign_logo-utopiana-e1326140680466

L’association a été fondée en 2001 par Anna Barseghian et Stefan Kristensen. Elle a organisé des projets et mis en place une structure en 2003 en Arménie (www.utopiana.am). Depuis 2010, l’association occupe une maison mise à disposition par la Ville de Genève dans laquelle elle développe ses activités et accueille des artistes en résidence.

Galerie d'Art Contemporain
Vign_vign_hw_logo
Hauser & Wirth is one of the world's leading contemporary art galleries. In addition to representing over 40 established and emerging artists, the gallery represents the estates of Eva Hesse, Allan Kaprow, Lee Lozano, Jason Rhoades, Dieter Roth and André Thomkins, as well as the Henry Moore Family Collection.

Hauser & Wirth Zürich was founded in 1992 by its principals Ursula Hauser, Manuela Wirth and Iwan Wirth.
Galerie d'Art Contemporain
Vign_vign_logo_petit


Parmi les artistes de la galerie quelques figures de l’art contemporain : Michael Ashkin, Frank Breuer, Cédric Buchet, Timur Çelikdag, Florence Doléac, Delhia Gonzalez & Gavin Russom, Thomas Grünfeld, Clarisse Hahn, Raymond Hains, Richard Kern, Philippe Meste, Mario Milizia, Ariane Michel, Aleksandra Mir, Frank Perrin, Julien Prévieux, Martin le Chevallier.
Photographie
Vign_vign_236
Créé en 1974 par Jean Dieuzaide, le Château d'Eau est la plus ancienne galerie publique exclusivement consacrée à la photographie en France. 

Depuis sa création, le Château d'Eau a présenté plus de 400 expositions. Attachée à montrer la photographie sous toutes ses facettes, la programmation se compose de travaux d'artistes en émergence comme ceux des grands noms qui ont fait l'histoire;

De l'invention aux esthétiques contemporaines : 12000 ouvrages sur la photographie, une vidéothèque, une diapothèque accessibles à tous;

Un fonds important de tirages originaux qui fait l'objet d'expositions itinérantes mises à disposition des établissements publics, scolaires, universitaires, culturels français et étrangers;

Plus de 300 monographies et affiches éditées, des livres, des co-éditions
Centre d'art
Vign_vign_logocrac500
Le Centre d'Art Contemporain du Languedoc Roussillon (CRAC LR) éclaire les croisements entre diverses disciplines qui fondent l’art d’aujourd’hui et de demain. Ouvert sur la Méditerranée, son projet s’inscrit sur les voies de communication artistiques et historiques, économiques et touristiques du nord au sud, de l’orient à l’occident. Le CRAC est membre de d.c.a, association française de développement des centres d’art.

Géré par la Région Languedoc-Roussillon, le CRAC LR est un véritable laboratoire de création artistique. Il propose, sous la direction de Noelle Tissier, un programme d’expositions temporaires assorti de productions d’œuvres. Il favorise les échanges et les partenariats internationaux pour faire découvrir l’art de notre temps. Il permet à tous les publics d’avoir accès aux explorations de la création actuelle.
Centre d'art
Vign_Unknown-2
Ouvert en 1986 sous la forme juridique d'une association loi 1901, le Magasin - Centre national d'art contemporain de Grenoble - est subventionné par l'Etat, la région Rhône-Alpes, le département de l'Isère et la ville de Grenoble. Issu des Grands projets de François Mitterrand (1981), dans le contexte de la décentralisation, il incarne la volonté publique d'inscrire la situation artistique française sur la scène européenne. C'est un lieu d'art, consacré à la création artistique, où en relation étroite avec les artistes, sont conçues et fabriquées des expositions temporaires qui incluent souvent la production d'oeuvres originales, et qui circulent ensuite dans des lieux similaires (musées ou centres d'art) à l'étranger. 
Galerie d'art
Vign_vign_1209765214
Située dans le Marais près de la Place des Vosges, à Paris, la GALERIE MICHEL REIN présente depuis 1992 un programme d’expositions organisé autour de la promotion d’artistes émergents français et internationaux, ainsi que d’artistes plus établis. Les artistes de la galerie exposent dans les plus importants musées en France et à l’étranger. Leurs œuvres sont achetées par de grandes collections.
wolkonsky@hotmail.fr
Créer un site avec WebSelf